Chargement...

©2021 grandparissud.fr
Tous droits réservés

Agriculture et alimentation

Dans le cadre du Contrat de Transition Écologique en cours, du Plan Climat Air Énergie Territorial et du SCoT en cours d’élaboration, ainsi que de ses compétences en matière d’agriculture, la communauté d’agglomération Grand Paris Sud cherche à renforcer le lien ville-campagne et à dépasser le rôle paysager de l’agriculture, pour considérer pleinement son potentiel de développement économique et de structuration de l’espace comme de la filière alimentaire locale et régionale.

Elle ambitionne pour cela de mettre en œuvre une réelle stratégie agricole et alimentaire territoriale. Elle vise notamment, avec l’animation d’une large gouvernance territoriale, à fédérer l’ensemble des acteurs locaux, à renforcer et rapprocher productions et consommations locales, en soutenant l’installation agricole, la diversification des exploitations, la transformation alimentaire et la mise en place de filières courtes de distribution des produits locaux, pour une meilleure accessibilité de tous les habitants et une plus juste rémunération des producteurs.

L’ANRU, mandatée par l’État à l’été 2019 pour engager une réflexion sur les conditions d’un déploiement plus massif de l’agriculture urbaine dans les quartiers en renouvellement urbain, lance un appel à projets : « Quartiers Fertiles ». Celui-ci a pour ambition de soutenir la mise en culture, à terme, de 100 quartiers du NPNRU, à travers plusieurs sessions d’appels à candidatures dont les premières en 2020.

L’objectif de l’ANRU est d’amplifier le nombre de projets d’agriculture urbaine au sein des quartiers prioritaires en renouvellement urbain, considérant notamment qu’il s’agit d’une opportunité de création d’emplois locaux et donc d’insertion sociale et professionnelle.

La communauté d’agglomération Grand Paris Sud est un territoire emblématique de la politique de la ville et du renouvellement urbain, au travers ses 19 QPV, dont 9 en renouvellement urbain, tout en se caractérisant par la présence d’un important foncier agricole.

Les quartiers en politique de la ville concentrent des populations en difficulté qui présentent des besoins spécifiques exacerbés par la crise sanitaire actuelle :

  • Des besoins d’accès à une nourriture saine et de qualité.
  • Des besoins en éducation aux enjeux alimentaires.
  • Des besoins en formation professionnelle.

A ce jour, 2 communes proposent des projets d’agriculture urbaine variés, contribuant chacun et ensemble au développement d’une stratégie territoriale globale : Grigny (ferme maraîchère et pédagogique co-construite avec les habitants) et Savigny-le-Temple (maillage agricole inter-quartiers). Une présentation synthétique de chaque projet figure en annexe.

L’appel à projets lancé par l’ANRU constitue, pour la communauté d’agglomération, une opportunité de créer un maillage à l’échelle de son territoire entre les différents projets communaux d’agriculture urbaine et d’assurer ainsi une cohérence et une bonne articulation tant avec les projets de renouvellement urbain qu’avec la stratégie agricole et alimentaire territoriale et, plus globalement, la transition sociale et écologique à l’échelle de Grand Paris Sud.

La mise en œuvre d’une stratégie territoriale globale autour des enjeux de résilience alimentaire et sociale au cœur des quartiers politique de la ville valorise chaque projet et son maillage, offrant ainsi l’opportunité d’une mise en réseau. Le cadre intercommunal et la bonne articulation assurée par Grand Paris Sud sont de nature à optimiser les chances de succès de chacun des projets présentés (davantage que si chacun desdits projets était présenté individuellement).

Cette candidature commune met en effet en exergue des enjeux de transition écologique et sociale du territoire :

  • les quartiers « politique de la ville » contribuent, en complément d’une agriculture plus « classique », à un objectif « d’agglomération nourricière », allant de la production à la commercialisation en circuits courts, notamment au profit des populations fragilisées habitant ces quartiers ;
  • les projets présentés répondent à une demande citoyenne forte autour de l’alimentation saine, locale et abordable pour tous ;
  • les projets seront pérennisés sur le territoire grâce à une offre de formation, d’insertion et d’emplois à destination des populations issues des QPV.

Ainsi Grand Paris Sud a déposé un dossier de candidature commune sur les projets proposés par les communes de Grigny et de Savigny-le-Temple, dans le cadre de l’appel à projets 100 Quartiers Fertiles de l’ANRU à la session du 15 novembre 2020.


GRIGNY : LA GRANDE FERME

« Créer un modèle réplicable de ferme urbaine résiliente par une expérimentation collaborative à l’occasion de la rénovation de quartier(s) »

Contexte et localisation

  • Au sein ou à proximité de La Grande Borne et Grigny 2
  • Des actions déjà mises en œuvre au sein de La Grande Borne depuis 4 ans en collaboration avec Les Résidences Yvelines Essonne

Synthèse du projet et objectifs

  • Projet d’agriculture urbaine en co-construction avec les habitants des quartiers La Grande Borne - Plateau et Grigny 2 qui se déroulera en phases successives, de manière à s’adapter aux évolutions physiques du quartier, tout en s’assurant un ancrage fort.
  • Enjeux : sociaux : liens et mixité sociales, rencontre, partage / environnementaux : nature en ville, appropriation de l’espace public, alimentation durable /économiques : création de valeur productive, formation, orientation et insertion professionnelles
  • Projet co-construit, en 3 phases :
    • Conception participative : réalisation avec les habitants des étapes de diagnostic, consultation d’acteurs et concertation pour choisir ensemble les objectifs de la ferme, ses thèmes et modules, les événements, mais aussi la communication adaptée.
    • Ferme urbaine expérimentale : phase ‘‘éphémère’, correspondant à l’occupation temporaire de friches créées par l’ANRU 1. Expérimentation d’activités modulaires (hors sol et mobiles) évolutives : ateliers jardinage, cuisine, alimentation à des acteurs locaux (écoles, associations locales…).
    • Ferme pérenne : ancrage et développement des modules les plus plébiscités en phase 2 ; mise en place d’une ferme permaculturelle d’un hectare avec des zones de production de fruits et légumes, la location possible de 50 parcelles individuelles, un local de transformation micro-conserverie et un espace de valorisation des déchets.

Porteur du projet et premiers partenariats identifiés

  • Start up Merci Raymond
  • Ville de Grigny
  • Résidences Yvelines – Essonne
  • GPA
  • Associations locales : Secours catholique, Sous les toits du monde, Femmes Hmong, Poids des maux 

SAVIGNY-LE-TEMPLE : MAILLAGE COMMUNAL DE PROJETS AGRICOLES

Contexte et localisation

Maillage de plusieurs espaces de projets d’agriculture urbaine et péri-urbaine (certains existant déjà), depuis les quartiers NPNRU du centre-ville jusqu’à la périphérie plus agricole de la commune :

  • Jardin partagé du centre-ville
  • Projet Soli-Serres (serres solidaires)
  • Potager et verger bio du Plessis (en cours)
  • Potager du Domaine de la Grange-Prévôté
  • Verger conservatoire au Coulevrain
  • Projet de Ferme maraîchère bio du Coulevrain
Synthèse du projet et objectifs
  • L’agriculture urbaine comme lien réunissant les quartiers entre eux, et leurs habitants : tisser un fil conducteur du centre vers la périphérie, grâce à des projets mis en œuvre ou en préparation, et à l’existence de friches encore disponibles, ou de terrains mis à disposition.
  • Utilisation des friches urbaines en espaces cultivés afin de valoriser les quartiers, limiter la densification, offrir des possibilités d’animation pédagogique et de sensibilisation auprès des acteurs locaux, des centres de loisirs, centres sociaux, etc.
  • Installation d’agriculteurs professionnels, en plus des projets solidaires/partagés
  • Contribuer à une meilleure santé et une alimentation de qualité en faisant bénéficier les habitants des produits agricoles (principalement les enfants et les personnes défavorisées) et passant de 25 à 50% de produits bio et en circuits courts tous les jours dans les cantines scolaires.
  • Sensibilisation et formation au jardinage potager grâce au projet Soli Serres (pouvant conduire à des formations qualifiantes)

Porteur du projet et premiers partenariats identifiés

  • Ville de Savigny-le-Temple
  • Organismes agricoles et agriculteurs locaux
  • Chantier d’insertion PIJE ADSEA77
  • Bailleurs sociaux et associations : Groupement des Habitants solidaires, Gener’Action 77, association de Villebouvet, Osier du Morin…
  • Structures scolaires et para-scolaires : lycées et collèges de la Ville, Campus Montessori, restaurant d’application du lycée Antonin Carême, Marché d’Antonin…
  • Acteurs de la restauration collective : prestataires, Coop bio d’Ile-de-France…

Plus d'informations : https://www.savigny-le-temple.fr/ville-nourriciere


En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies qui permettent de réaliser des statistiques anonymes de fréquentation de ce site internet. En savoir plus